Array
(
    [shop_thumbnail] => Array
        (
            [width] => 90
            [height] => 90
            [crop] => 1
        )

    [shop_catalog] => Array
        (
            [width] => 150
            [height] => 150
            [crop] => 1
        )

    [shop_single] => Array
        (
            [width] => 300
            [height] => 300
            [crop] => 0
        )

    [post-thumbnail] => Array
        (
            [width] => 66
            [height] => 66
            [crop] => 1
        )

    [recent-post-thumbnail] => Array
        (
            [width] => 600
            [height] => 240
            [crop] => 1
        )

)
0 objet - 0,00

Juger ton corps

Est-ce ce que tu as encore envie de choisir cela ?

Ce qu’on appelle “jugement” est une conclusion, une décision. Une non-question. Une conclusion éteint les possibilités. Une question ouvre aux possibilités disponibles….

Quand tu démarres ta journée par un coup d’oeil dans le miroir qui déclenche de façon subreptice une cascade de jugements, que tu ne reconnais même plus comme tels, tellement ils sont devenus le papier peint de ton fonctionnement mental…..ton corps soupire “Vraiment ? encore !?!”

Non pas qu’il ne te juge pour cela; non, le corps n’a pas de point de vue. Il est comme ton chien, ton chat, comme l’univers ou un petit enfant: il ne juge pas.
(Toi, en revanche, tu es devenu champion toutes catégories ! )

Juger ton corps te coupe de recevoir. Et te couper de recevoir, c’est également te couper de tout percevoir, savoir et être.
Recevoir toutes les énergies disponibles, recevoir la contribution de l’univers, de la planète, des corps et des êtres.

Juger ton corps détruit les possibilités pour toi de créer une réalité phénoménale, celle qui fonctionne pour toi.

Juger ton corps est une façon très efficace de te rendre inconscient.
On ne t’a pas appris à inclure ton corps dans ta vie, y compris dans (ta recherche de) la conscience.

Juger ton corps crée encore plus de séparation, car tous les autres corps perçoivent ce jugement et y font écho, puisque les corps parlent entre eux, donc cela augmente le jugement du corps de tout le monde sur Terre.

Donc: si tu ne le fais pas pour toi, serais-tu prêt à le faire au moins pour le monde et la planète ?

Comment arrêtes-tu de juger ton corps ?

1. Identifie toutes les fois où tu le juges

2. Reconnais que tu fais cela. Sans te juger. Car ce que tu juges, tu ne peux pas le changer.

3. Choisis autre chose: la gratitude, poser une question:
“Quoi d’autre est possible ici ?”
“Ai-je encore envie de choisir de juger mon corps ?” Oui ? Non ?

Te viendrait-il à l’idée de juger un chêne dans une forêt, un oiseau qui chante, une pomme sur une branche ?
Est-ce que l’oiseau, la pomme ou le chêne te jugent et jugent ton corps quand tu te promènes en forêt ?
Et si tu t’inspirais de la nature, des animaux, des plantes, et redevenais l’espace que tu es, connecté à la planète avec ton corps ?
Et si tu choisissais de fonctionner hors de tout jugement. Juste pendant une minute ? Une heure ? …
Si tu juges (beaucoup) ton corps, essaie la gratitude ! (il parait que ça marche)
Quand tu cours à la cuisine éteindre une plaque de cuisson qui continuait à chauffer une heure après ton dîner: as-tu remercié ton corps ? Ou t’es-tu grondé, en pilote automatique, pour avoir (encore) oublié d’éteindre ? A ton avis, qui t’a donné l’information par ton odorat, par une idée bizarre qui a fait que tu t’es levé de ton canapé ? Ton corps !!
Quand tu as soulevé de terre en un éclair ton enfant qui avait glissé et allait tomber au bord de la rue, en même temps que tu portes un pack d’eau, deux gros sacs de courses et ton parapluie ?
Qui a fait cela ? 
Ton corps ! L’as-tu reconnu et honoré pour son intelligence et sa vivacité ? Ou as-tu choisi de gronder ton fils, de te dire que ton mari pourrait quand même t’aider avec les courses et que plus jamais tu ne partiras à pied quand il pleut ?…

Ton corps a une conscience, une intelligence. 
Quand tu t’ouvres à reconnaître cela, et à recevoir tout ce qu’il te transmet comme information, tout devient tellement plus facile ! La vie devient plus belle, comme éclatante.
Quand tu juges ton corps, tu ne communiques plus avec lui. Alors tout est souvent insatisfaisant, pas aussi beau que tu sais que ta vie pourrait l’être. Bien sûr ! C’est comme si tu t’étais démembré: avec un seul bras et une seule jambe, tout est moins aisé !

Alors: que choisi-tu ?

Recevez un audio gratuit !

En vous inscrivant à ma Newsletter, vous recevrez un mail de confirmation qui vous donnera accès à cet audio, avec des outils, des perspectives, de l’énergie et de l’inspiration.

Nous ne vous enverrons pas de spam. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment Powered by ConvertKit

Partager cet article :

Catégories : Blog, Texte